Accueil Espace presse Interventions de la FBF Projet de loi bancaire : ni une nécessité ni une urgence  
 
 
 

Infos  

 
05 février 2013

Projet de loi bancaire : ni une nécessité ni une urgence

Tribune de Jean-Paul Chifflet, Président de la FBF, dans Les Echos du 5 février 2013 (extraits).

 

"Le Parlement vient d'entamer les débats sur le projet de loi sur la séparation et la régulation des activités bancaires. [...] Contrairement à ce que l'on entend, le projet de loi peut être lourd de conséquences ; c'est une réforme structurante qui pourrait nuire à la compétitivité des banques françaises et à leur capacité à financer l'économie, si elle était mal calibrée. Les banques françaises risqueraient alors de ne plus pouvoir exercer certaines activités indispensables à l'économie française. [...]


Il est indispensable de maintenir des activités de marché performantes dans les banques afin de ne pas freiner la croissance de notre économie. C'est d'autant plus important que Bâle 3 va développer considérablement le recours aux marchés. Brider les activités de marché des banques françaises serait donc un frein pour toute notre économie. Il est notamment crucial de conserver au sein du groupe bancaire les activités de tenue de marché qui permettent aux banques d'accompagner les entreprises et l'Etat sur les marchés. Imagine-t-on que le placement de la dette française soit entièrement aux mains de banques étrangères, sans que cela ait des conséquences ? Pense-t-on que nos grandes entreprises et nos PME puissent se développer sans pouvoir s'appuyer sur des acteurs de financement proches d'elles et en mesure de leur offrir un service global ?


Aller au-delà du projet actuel, voire séparer de manière plus drastique les différentes activités des banques, serait grave pour notre pays. Il faut cesser de caricaturer les activités de marché qui sont pour l'essentiel indispensables au fonctionnement d'une économie. [...]


Depuis le début de la crise, les banques françaises ont montré leur mobilisation pour financer l'économie dans des conditions normales. Elles sont déterminées à poursuivre sur cette voie si on leur en laisse les moyens..."

 
 
 
 
Retour haut de page