Accueil Espace presse Interventions de la FBF Marie-Anne Barbat-Layani au Fintech Summit : « Fintech et les banques doivent travailler ensemble »  
 
 
 

Infos  

 
04 mai 2016

Marie-Anne Barbat-Layani au Fintech Summit : « Fintech et les banques doivent travailler ensemble »

Marie-Anne Barbat-Layani, Directrice générale de la FBF, participait le mercredi 4 mai au Fintech Summit 2016, à Paris.

 

A cette occasion, elle a rappelé que les banques sont maintenant de plain-pied dans l'ère digitale. La digitalisation ouvre la voie à l'amélioration de l'expérience client et aux innovations technologiques qu'ils attendent. Les banques ont déjà anticipé ces changements et ont entamé cette révolution. Avec l'avènement des smartphones, chacun dispose des services de sa banque dans sa poche.


Les banques sont au coeur d'un écosystème favorable à l'innovation et aux Fintechs et y contribuent sous différentes formes :





  • Via des structures ad-hoc : les banques créent des hubs technologiques orientés vers les Fintechs
  • Par des innovations financières : ateliers d'échange entre les Fintechs et les banques qui permettent de définir les sujets clés
  • L'établissement d'un cadre de coopération sur la base du volontariat : le projet gouvernemental " alliance pour l'innovation ouverte " qui propose aux entreprises volontaire de mettre en commun leurs innovations

Le véritable débat porte sur la manière dont le monde les Fintechs doivent interagir avec les institutions financières traditionnelles. Les banques considèrent qu'un partenariat entre les deux est nécessaire pour améliorer tout l'écosystème financier et leur ouvrir des opportunités : pour les Fintechs, c'est la garantie d'avoir une structure forte pour le développement de leur activité et pour les banques, les Fintechs sont très réactives et peuvent développer rapidement de nouveaux services.


Pour conclure, Marie-Anne Barbat-Layani affirme que "les banques ont une vraie volonté de travailler avec les Fintechs. Cette coopération peut véritablement être considérée comme une relation gagnant-gagnant à deux conditions : Les partenariats ne peuvent pas fonctionner sans une confiance mutuelle et la compétition n'est saine que si les acteurs suivent les mêmes règles en matière réglementaire."



 
 
 
 
Retour haut de page