Accueil Espace presse Interventions de la FBF "Les banques françaises sont celles qui ont le plus prêté à leur économie"  
 
 
 

Infos  

 
16 décembre 2011

"Les banques françaises sont celles qui ont le plus prêté à leur économie"

Découvrez les extraits de l'interview de Frédéric Oudéa, Président de la FBF dans le Progrès de Lyon, le 16 décembre 2011.

 

Comment expliquez-vous le fossé entre le ressenti de nombreux dirigeants de TPE et PME se plaignant d’être lâchés par leurs banques et la croissance des crédits accordés à ces mêmes entreprises de 4,6 % en 2011 à fin octobre ?

Il y a d'abord la réalité: les prêts à l'économie continuent à croître, comme l'indiquent les chiffres de la Banque de France. C'était le cas en 2009, en 2010 et encore cette année. Et puis il y a une perception qui est celle de la peur de l'avenir. La question sous jacente derrière cette crainte est celle-ci : serez-vous présent demain en cas de difficultés économiques ?

Que leur répondez-vous alors ?

Oui nous serons là pour financer vos projets comme nous avons été là en 2008 et 2009 pour vous accompagner dans une période incertaine. Ne différez pas vos investissements. Le financement de l'économie, des PME en particulier, est la priorité des banques françaises.

Et pourtant les banques françaises sont davantage touchées qu’en 2008-2009 ?

D'abord la crise que nous traversons n'est pas une crise bancaire mais une crise de dettes souveraines. Les banques françaises sont tout à fait capables de traverser cette turbulence car elles ont des bilans sains et elles n'ont cessé d'augmenter leur capital. Nous avons les moyens en nous appuyant en plus sur l'épargne que l'on collecte dans nos bilans de financer l'économie française.

Et pourtant, le président du Crédit agricole SA estime que «Le financement de l’économie va diminuer» dans Les Echos d'hier…

Ce sont les conditions de financement qui vont changer. On va probablement vers un crédit qui dépendra davantage de la capacité à collecter des dépôts. De plus, le crédit devra tenir compte d'un environnement avec des liquidités plus chères. Donc le crédit risque d'être un peu plus cher dans le futur.

 
 
 
 
Retour haut de page