Accueil Secteur bancaire français Actualités "70 % des clients français attendent un conseiller attitré et un bon service de banque en ligne"  
 
 
 

Infos  

 
06 novembre 2017

"70 % des clients français attendent un conseiller attitré et un bon service de banque en ligne"

Marie-Anne Barbat-Layani intervenait dans "Les Décodeurs de l'Eco" sur BFM Business lors d'un débat sur "La banque mobile condamne-t-elle les agences ?"

 

L'arrivée médiatisée d'Orange Bank dans le paysage bancaire vient renforcer la concurrence d'un secteur qui l'était déjà.


Marie-Anne Barbat-Layani rappelle que "Cela prouve que le secteur est dynamique, qu'il attire et qu'on peut encore fonder des grandes banques en France. Cela confirme aussi que nous sommes une des industries d'excellence en France. Les Français peuvent être fiers de leur secteur bancaire".


Ce dynamisme sectoriel est notamment tiré par l'innovation technologique des acteurs. Comme l'affirme Marie-Anne Barbat-Layani, "les clients se digitalisent, ils vivent dans un monde digital, les banquiers aussi. Pour autant, ce qu'on constate, c'est que 70 % des clients français attendent un conseiller attitré et un bon service de banque en ligne".

Et de rajouter : "Le secteur bouge énormément parce qu'il y a les FinTech avec qui les banques travaillent très bien. Il y a des rapprochements, il y a des partenariats...! Ça veut dire que l'écosystème bancaire bénéficie à la fois de l'innovation interne, qui est dans l'ADN des banques françaises , et aussi de cet écosystème d'innovation extérieure. C'est une opportunité considérable de développer encore le secteur qui est aujourd'hui un secteur très puissant en France par rapport à ce qu'on observe ailleurs en Europe."


La digitalisation va amener les agences à innover et à se transformer pour s'adapter aux usages des clients. Marie-Anne Barbat-Layani conclut : "Cela ne signifie pas du tout une disparition des agences. Les chiffres parlent d'eux-mêmes : entre 2009 et 2015, il y a eu une baisse de 1,9 % du nombre d'agences en France ; dans la zone euro, ce sont 13,9 % de baisse. Cette spécificité du modèle français de banque universelle de proximité, mes grands adhérents y sont extrêmement attachés. Donc, oui, les réseaux s'adaptent."


 
 
Sur les autres sites
 
 
Retour haut de page