Accueil Espace presse Communiqués L’appel des banques françaises et allemandes : plus que jamais, l’Europe est la solution  
 
 
 

Communiqué de presse  

 


L’appel des banques françaises et allemandes : plus que jamais, l’Europe est la solution

À l'approche de la réunion des chefs d'État et de gouvernement, les associations bancaires française et allemande ont exprimé leur volonté de contribuer au développement futur de l'Union européenne et d'y imprimer leur marque. " En cette période de montée du protectionnisme, notre réponse ne peut être qu'une Europe plus forte et plus stable, " indiquent Marie-Anne Barbat-Layani, Directrice générale de la Fédération Bancaire Française, et Christian Ossig, Directeur de l'Association des banques allemandes, dans une déclaration adressée aux responsables politiques. Les deux associations reconnaissent qu'une position attentiste enverrait un signal négatif.


Dans nombre de domaines d'intervention, l'UE avait déjà fait de réels progrès vers l'intégration, commente M. Ossig. Mais ces dernières années avaient également montré qu'il était nécessaire de prendre d'autres mesures pour renforcer la solidité de l'économie et la solidarité. Il était donc impératif de s'attaquer aux faiblesses qui résultaient pour une grande part des politiques financières et économiques nationales et d'améliorer la protection des citoyens contre les risques futurs. Sur ces deux aspects - des réformes ambitieuses et de nouveaux instruments de solidarité - il était indispensable de disposer d'une feuille de route clairement définie, ajoute M. Ossig.


" En ce qui concerne les banques, deux objectifs sont essentiels ", analyse Mme Barbat-Layani. " Une union forte des marchés des capitaux européens et l'achèvement de l'union bancaire. Ce n'est qu'avec un secteur bancaire fort et concurrentiel que l'économie pourra s'engager dans la voie d'une croissance plus élevée et plus stable. " La coopération franco-allemande a été plus importante que jamais pour donner un nouvel élan au niveau de l'UE, soulignent les deux directeurs. Face aux nouveaux défis géopolitiques, il était nécessaire que les chefs d'État et de gouvernement européens prennent désormais l'initiative. " Les propositions exposées par l'Allemagne et la France dans la déclaration Meseberg ont constitué à cette fin une base concrète. Nous nous tenons prêts à apporter notre contribution aux travaux à mener ", concluent Marie-Anne Barbat-Layani et Christian Ossig.


Aujourd'hui, à Berlin, Marie-Anne Barbat-Layani et Christian Ossig ont discuté avec les décideurs politiques des moyens de renforcer l'union monétaire européenne.

CONTACT

Benoît Danton
email : bdanton@fbf.fr
Tel : +33 (0)1 48 00 50 70

 
Retour haut de page