Accueil Espace presse Communiqués Info presse FBF - 4 mai 2021 - Le rôle moteur de la Place financière de Paris et les progrès dans la lutte contre le dérèglement climatique soulignés par les résultats des stress tests climatiques de l’ACPR  
 
 
 

Infos  

 
04 mai 2021

Info presse FBF - 4 mai 2021 - Le rôle moteur de la Place financière de Paris et les progrès dans la lutte contre le dérèglement climatique soulignés par les résultats des stress tests climatiques de l’ACPR

L'ACPR a mené un exercice pilote climatique afin d'évaluer la résistance d'acteurs français, notamment les banques, à différents scénarios de risques climatiques ; de sensibiliser les institutions financières à la prise en compte des risques induits par le changement climatique et d'identifier les axes d'améliorations, en termes de données et de moyens. Les résultats le montrent : la Place financière de Paris joue un rôle moteur, et les progrès accomplis pour lutter contre le changement climatique notamment depuis la signature de l'Accord de Paris en 2015 sont concrets.

 

L'ambitieux exercice de stress test(*) proposé par l'ACPR a porté sur un horizon inhabituellement long pour un stress test (30 ans), il a mobilisé plus d'une cinquantaine de secteurs économiques, et reposé sur des hypothèses novatrices, notamment les bilans dynamiques. Les banques se sont fortement mobilisées pour que les résultats soient représentatifs.



Ces résultats montrent des banques françaises résistantes dans les différents scénarios envisagés par l'exercice pilote, avec une exposition aux risques liées au changement climatique " modérée ". Les banques françaises se sont en effet massivement engagées pour l'accompagnement d'une transition responsable mais concrète, ce que confirme d'ailleurs l'ACPR, qui indique que " L'exposition des institutions françaises aux secteurs les plus impactés par le risque de transition, tels qu'identifiés dans cet exercice (industries extractives, cokéfaction et raffinage, pétrole, agriculture, etc.), est relativement faible. "



Les axes d'amélioration possibles sont bien identifiés : il s'agit d'éviter à la fois une hausse non maitrisée du coût du risque et un retard dans la transition climatique. C'est pourquoi les banques intègrent de façon de plus en plus fine les risques induits par le changement climatique dans leurs processus d'évaluation des risques financiers.



De plus, entre aujourd'hui et 2050, les banques accompagneront la transformation de leurs entreprises clientes qui auront engagé un plan de transition climatique et auront donc un profil d'émission de CO2 et un profil de risque de crédit bien différents de ceux décrits dans les scénarios de l'ACPR.


Au total, cette simulation a permis la mise en place de travaux qui permettront à un nombre croissant de superviseurs dans le monde d'élaborer un socle commun de connaissances et d'évaluation des risques climatiques. Les résultats de cet exercice inédit de stress test doivent être envisagés comme base d'une démarche globale par laquelle la transition pourra être menée à bien avec succès.

(*) Les stress tests sont des exercices qui ont pour objectif de vérifier la résistance d'acteurs sur l'ensemble des risques associés à un sujet donné. Ce sont des exercices transparents, les scénarios sont publics, tout comme la méthodologie et les résultats.

 
 
 
 
Retour haut de page