Accueil Espace presse Interventions de la FBF "Le calcul des contributions au fonds de résolution européen est inacceptable"  
 
 
 

Infos  

 
29 septembre 2014

"Le calcul des contributions au fonds de résolution européen est inacceptable"

Extrait de l'interview de Marie-Anne Barbat-Layani dans L'Agefi du 29 septembre 2014.

 

L'Agefi : Les récentes Assises du financement et de l 'investissement ont mis l'accent sur le développement de la titrisation en France. Comment les banques françaises y travaillent-elles?

En France, il n'y a pas aujourd'hui de problème d'offre de crédit. L'encours de crédit à l'économie a progressé de 2,3 % sur un an. Mais le développement d'une titrisation sûre et transparente est nécessaire en raison de la pression réglementaire sur le bilan des banques. Nous devons en effet nous mettre en situation, tant au niveau français qu'européen, de pouvoir accompagner une reprise de la demande de crédit. En France, le gisement majeur de titrisation sur lequel nous travaillons est le crédit immobilier, qui représente un encours de 830 milliards d'euros, constitué d'un ensemble de créances homogènes et peu risquées. [...]

Attendez-vous pour le secteur des avancées dans le projet de loi de finances 2015 ?

Nous souhaitons que la taxe systémique, qui a coûté au secteur bancaire plus de 800 millions d'euros en 2013, serve à financer le futur fonds européen de résolution bancaire. Il pouvait paraître logique que cette taxe, à sa création, soit affectée au budget de l'Etat, car susceptible d'être appelé en direct en cas de difficulté d'un établissement. [...]


De même, nous souhaitons une mise en extinction progressive de la taxe sur les salaires, qui pèse sur l'emploi et qui a coûté aux banques françaises 2 milliards d'euros l'an dernier. Il faudrait a minima supprimer la tranche de 2 % sur les hauts salaires qui a été adoptée en 2012 et qui pénalise la Place de Paris.

La contribution des banques françaises au futur fonds de résolution européen se précise-telle?

La constitution de ce fonds de résolution unique, d'un montant de 55 milliards d'euros en 8 ans, sera une charge considérable qui aura un impact sur le financement de l'économie. La répartition entre les secteurs bancaires va être décidée dans les prochaines semaines. Mais, selon de premières informations, le mode de calcul retenu ne prend pas suffisamment en compte les encours pondérés reflétant les risques des établissements. Il en ressort que les banques françaises qui ont pourtant bien traversé la crise, seraient pénalisées et pourraient payer une part de 30 %, soit une contribution de 16,5 milliards d'euros, alors que la France représente 21,5 % des risques pondérés des banques de la zone euro. Nous avons alerté les pouvoirs publics, car c'est inacceptable pour l'économie française.

Que faut-il faire ?

Introduire un plafond par pays, ou revoir les critères de calcul des contributions pour mieux tenir compte du risque de chaque banque, afin d'éviter un transfert de charges entre secteurs bancaires de différents pays. Il serait légitime que la contribution des banques françaises soit d'un peu plus de 20 % du total, un niveau comparable à celui de l'Allemagne, qui a obtenu des dérogations pour ses petites banques.

Craignez-vous l'arrivée du TLAC, le projet de capacité d'absorption des pertes pour les très grandes banques, dont le G20 s'est saisi ?

L'Europe a déjà mis en place tout un dispositif, le MREL (minimum requirementfor eligibleliabilities, ndlr). Soit le régulateur considère que le MREL est suffisant, soit il faut un recouvrement entre les deux systèmes, en permettant que les instruments européens soient comptabilisés aussi dans le T-LAC. Le G20 ne peut pas créer un deuxième coussin de sécurité sans prendre en compte ce qui a déjà été fait. L'Europe, qui a fait un pas colossal avec l'Union bancaire et la création du premier superviseur non-national au monde, doit davantage faire entendre sa voix dans ces instances internationales.

T-LAC, ratio de levier... Ces projets ne remettent-ils pas en cause le modèle français de banque universelle ?

Ces différents projets d'inspiration anglo-saxonne sont une menace pour notre modèle, et pénalisants pour le financement de notre économie. Il est indispensable de préserver le modèle de banque universelle à l'heure où le recours aux marchés se développe. Le projet européen sur l'organisation des banques, s'il devait être poursuivi, devrait prendre en compte cette exigence. [...]

 
 
 
crédit |  europe |  FBF
 
Retour haut de page