holder

Janvier 2017

La banque : une industrie stratégique

Prise de fonctions de Donald Trump aux Etats-Unis, scrutin présidentiel en France, élections en Allemagne, négociations sur la mise en oeuvre du Brexit... 2017 ne sera pas une année comme les autres tant sont nombreux les changements et les incertitudes. Et forts les enjeux pour le secteur bancaire français.

En ce début d'année, qu'il me soit permis de formuler un voeu : que les personnalités politiques qui seront appelées à occuper des responsabilités prennent conscience de l'atout que constitue l'industrie bancaire pour l'économie française, et qu'ils agissent en conséquence.

L'OCDE a souligné que la banque constitue l'un des six grands atouts de l'économie française. C'est une industrie stratégique car la souveraineté financière est fondamentale. Et les banques françaises sont engagées au soutien de l'économie de notre pays.

Le secteur bancaire français est solide. Des centres de décisions essentiels sont sur notre territoire : quatre des neuf plus grandes banques de la zone euro et cinq des plus grandes européennes sont françaises. Paris bénéficie des meilleurs auspices pour s'affirmer comme la capitale financière de l'Europe continentale.

Stratégique et porteur d'avenir, le secteur bancaire distribue le carburant de l'économie française pour alimenter la croissance et favoriser l'emploi. La France est championne du crédit dans la zone euro que ce soit pour les entreprises ou les particuliers : les encours progressent nettement plus vite que le PIB. 93% des PME obtiennent le crédit d'investissement qu'elles demandent.

Les banques sont également des acteurs digitaux. Dans un domaine où la France manque cruellement de leaders, elles sont par leurs investissements, leurs innovations, et leur capacité à mobiliser l'écosystème des Fintechs, les chefs de file de la filière numérique.

Pour que la France puisse jouer pleinement de cette carte maîtresse, encore faut-il que cette industrie soit reconnue et soutenue, ou du moins qu'on ne vienne pas lui couper les ailes.

Oui, il nous faut être vigilant. La rentabilité, élément essentiel de la bonne santé du secteur, est sous pression dans un environnement économique de taux bas voire négatifs, avec le poids sans cesse croissant de la réglementation, une exigence accrue de fonds propres et l'excessive taxation du secteur : un taux d'imposition moyen de 51 % sur quatre ans et des taxations spécifiques comme la taxe sur les salaires. Des enjeux réglementaires très importants restent à trancher en 2017.

N'aggravons pas la situation et, au contraire, donnons aux banques françaises l'environnement leur permettant de déployer tout leur potentiel.

Oui, tel est bien le voeu que l'on peut formuler en ce début d'année : que les responsables politiques soient conscients qu'une industrie bancaire française solide et compétitive est un enjeu de souveraineté économique et gage de prospérité pour notre pays.

Marie-Anne Barbat-Layani
Directrice générale de la Fédération bancaire française

Tweeter : @FBFFranceTweeter : Linkedin

Nos Positions

Tous mobilisés pour réussir la mobilité !
A partir du 6 février 2017, changer de banque devient encore plus facile. Le nouveau dispositif de mobilité bancaire fait évoluer un service mis en oeuvre par les banques françaises depuis 2009. C'est une solution encore plus simple pour le client. Une signature et un RIB suffisent pour s'assurer du transfert sécurisé de toutes les domiciliations de ses opérations. Les banques sont prêtes ! Pour les clients, la réussite d'une mobilité bancaire simple repose sur la mobilisation de l'ensemble des acteurs : les banques, mais aussi les émetteurs de prélèvements et virements, privés, publics ou associatifs. Ainsi pour informer l'ensemble des acteurs, la profession a mis en place un kit de communication complet : Mini guide " changer de banque ", fiches pédagogiques pour les particuliers et entreprises ainsi qu'une vidéo expliquant aux entreprises, leurs nouvelles obligations.

Ils l'ont dit

Discours de Danièle Nouy, Présidente du Conseil de Surveillance de la BCE, lors de la Conférence de Nouvel An de l'Ecole de commerce WHU Koblenz (Allemagne), 18 janvier 2017

« La surveillance bancaire européenne renforce la stabilité du secteur bancaire et rend les crises futures moins probables. C'est une innovation qui crée de la valeur pour tous les citoyens de la zone euro ».

FBF dans les médias

Revue Banque, Janvier 2017 - Philippe Brassac, Président de la FBF : « Le système bancaire français est un îlot de stabilité dans un monde d’incertitude »

9/1/2017

Philippe Brassac revient sur les événements marquants de 2016 : le phénomène d'accentuation des taux bas voire négatifs, l'incertitude provoquée par le vote du Brexit, et enfin la crainte de subir un durcissement supplémentaire des réglementations via les travaux du Comité de Bâle qui pénaliserait essentiellement le modèle de financement de l'économie européenne. Son premier constat : « Nous avons en France, un système bancaire solide, stable qui finance l’économie dans des proportions plus élevées que le reste de l’Europe et avec des niveaux de taux très faibles pour les emprunteurs ». Il a aussi évoqué les défis à venir pour 2017 : l’union bancaire et la définition d’une vraie stratégie du financement de l’économie européenne. Et l’enjeu de réinstaller une courbe des taux « nécessaire pour le bon fonctionnement du système bancaire européen, mais aussi pour que les épargnants retrouvent des lignes conductrices ». Il évoque enfin les enjeux de la digitalisation du secteur : « Il s'agit d'une accélération dans la continuité et non d'une rupture ».

Lire l'interview

Revue Banque, Janvier 2017 - Marie-Anne Barbat-Layani, directrice générale de la FBF : "Il faut veiller à ce que les nouveaux entrants soient soumis à des obligations de vigilance appropriées"

12/1/2017

En 2016, la réglementation concernant la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme s'est considérablement renforcée. 2017 viendra compléter le dispositif, avec un impact opérationnel réel pour les banques. Marie-Anne Barbat-Layani revient notamment sur les innovations amenées par la « Loi Urvoas » et le principe "d'appel à vigilance" qui donne la possibilité à Tracfin de demander aux banques des vigilances renforcées sur certains individus ou sur des opérations dans certaines zones géographiques : « Cela fait bien sûr très longtemps que les banques sont engagées en matière de prévention de la détection du blanchiment [...] Cette nouvelle mesure marque une inversion du sens des flux dans un sens top down, et elle est potentiellement très utile ». Elle précise que les Fintech et les nouveaux entrants (agrégateurs ou initiateurs de paiements) doivent se conformer à ces règles de vigilances : « l’existence de failles de sécurité – même hors des banques – jetterait un discrédit global sur le secteur. [...] Nous souhaitons que les pouvoirs publics veillent à soumettre au même type d'obligations et de contrôles effectifs tous ceux qui exercent le même type d'activités. »

Lire l'interview

Le Figaro, 6 Janvier 2017 – « Banque : Inquiétudes sur l’Emploi »

6/1/2017

La révolution dans les banques n’est pas qu’une source d’inquiétude mais peut susciter des opportunités. Fin 2015, l’industrie bancaire française employait 371 600 salariés. Interrogée par Le Figaro, Béatrice Layan, Responsable de l’Observatoire des métiers de la banque, insiste sur les opportunités pour les jeunes, rappelant que : « Le secteur continue à embaucher, notamment des jeunes ayant un bac + 4 ou 5, pouvant exercer des fonctions de conseillers en gestion de patrimoine, de conseillers professionnels ou d’entreprises ».


Agenda

Janvier
25 - 26

Paris Fintech Forum : "PSD2, towards a new ecosystem?", intervention de Marie-Anne Barbat-Layani

Janvier
26

CPME Nationale - Matinale du financement des PME : "PME, comment financer aujourd'hui votre activité ?" intervention de Marie-Anne Barbat-Layani

Janvier
26 - 27

Eurogroup et Ecofin

Janvier
27

Assises du droit et de la compétitivité à Paris - Atelier sur l'Uberisation des banques, intervention de Marie-Anne Barbat-Layani

Janvier
30

Haut Comité Juridique de la Place Financière de Paris : conclusions du groupe de travail sur les taux d’intérêts négatifs

Janvier
30

Bruxelles - 5th SRB Banking Industry Dialogue Meeting

Janvier
31

Point presse FBF - Observatoire des crédits aux ménages

Janvier
31

26èmes rencontres parlementaires de l'Epargne et de l'Investissement

Février
3

Sommet informel à 27

Le tweet du mois

Le chiffre du mois

79% des Français apprécient le fait d'accéder aux #services #bancaires via différents canaux (#agence, web #mobile...) #chiffredelasemaine
@FBFFrance

0,7% c'est la part que représent les services bancaires dans le budget des ménages