holder

Octobre 2016

Banque 3.0

Les banques sont des acteurs digitaux. Leurs applications, leurs sites, sont depuis longtemps le prolongement naturel d'une relation client qui n'est pas figée au siècle dernier ! Elles innovent et réinventent une proximité qui intègre pleinement les outils du numérique, en offrant des services bancaires toujours plus fluides, mais toujours sécurisés. Le modèle se réinvente, avec toujours la même obsession : la relation avec le client.

Le digital transforme en profondeur les modalités de la relation client, il accélère son usage, mais sans en changer les fondements et les valeurs, au contraire, qui caractérisent depuis toujours notre modèle : la proximité et la sécurité. Il complète l'offre de services bancaires, étend les possibilités de dialogue de la banque avec ses clients.

Qui d'entre nous imagine aujourd'hui devoir aller dans son agence bancaire pour consulter le solde de son compte ou faire une opération simple ? En effet, l'usage digital se développe fortement dans tous les services de la banque au quotidien puisque 79% des clients consultent leur compte bancaire sur internet, 67% effectuent des paiements et 63% des virements*.

Les clients veulent accéder à leur banque et utiliser ses services par tous les canaux possibles - agences, téléphone, applications mobiles... -, tout en ayant à leur disposition des équipes d'hommes et femmes accessibles, maîtrisant tous les métiers de la banque et de l'assurance. Ce modèle, c'est celui de la banque universelle de proximité.

Et les Fintechs, dans tout ça ? Les banques ne sont pas contre elles... elles sont tout contre ! Elles sont les chefs de file naturels de la filière numérique française. Elles valident et orientent les innovations.

Emulation, coopération, partenariat, " coopétition " : on cherche les mots pour décrire cet écosystème d'excellence, dans lequel chacun à sa place. A condition bien sûr que l'égalité des conditions de concurrence soit respectée et que les responsabilités de chacun soient claires et assurées en matière de sécurité.

Si le digital renforce la proximité, il doit aussi reposer sur une exigence de sécurité, véritable fondement de la confiance des acteurs financiers et de leurs clients. Elle est essentielle au développement des usages qui tirent les nouvelles technologies. La réglementation, qui est avant tout au service des clients, doit assurer la protection des données et leur traitement, ainsi que l'intégrité des systèmes sur lesquels reposent cette confiance. La volonté de soumettre à une même régulation et supervision des acteurs de nature différente, mais qui développent et proposent des services et activités identiques, apparaît évidente. Cela ne traduit en rien l'expression d'une frilosité concurrentielle ou un repli face à la nouveauté. L'innovation technologique doit aussi assurer la protection des données personnelles et la sécurité des transactions.

*Baromètre Image des banques BVA/FBF 2016

Marie-Anne Barbat-Layani
Directrice générale de la Fédération bancaire française

Tweeter : TwitterTweeter : Linkedin

Nos Positions

L’année de la banque en 2015
2015 a été marquée pour le secteur bancaire par plusieurs faits majeurs : montée en puissance du numérique, affirmation du rôle des banques dans les grands sujets de société comme la transition énergétique, un contexte de taux d'intérêt inédit et une pression réglementaire considérable qui ne cesse d'augmenter.

Retrouvez les faits marquants sur l'évolution du secteur bancaire dans notre rapport

Réussir le financement de la transition énergétique
Le coût du financement de la transition énergétique reste un enjeu majeur. Pour accélérer le financement dans ce domaine, la FBF a formulé une proposition : "le green supporting factor". Sur le plan réglementaire, la FBF met en avant " un traitement prudentiel adapté " qui devrait se traduire par une exigence moindre en mobilisation de capital pour les financements et investissements dans ces actifs. Pour bien définir les actifs éligibles la FBF propose de se baser sur des labels tels que la Climate Bond Initiative, le label " Transition énergétique et écologique pour le climat " (TEEC). Enfin cette mesure pourrait toucher tous les acteurs économiques: les particuliers les PME, les entreprises, les banques et les souverains.

Retrouvez le détail de la proposition de la FBF

Les Français aiment leur banque !
Avec 68% de bonnes opinions, l'image des banques françaises est à son niveau le plus élevé depuis 10 ans et confirme son amélioration régulière avec un gain d'opinions favorables de 16 points depuis 2010. C'est ce que confirmer la 18ième édition du " Baromètre de l'image des banques " réalisé par l'institut de sondage BVA. Parmi les éléments clés de cette image positive ; la proximité, à la fois fondée sur la compétence du conseiller (70% des Français plébiscitent le conseiller bancaire) et renforcée par la performance des services digitalisés mis à la disposition des clients (79% des Français consultent leur compte grâce aux services digitalisés proposés par leur banque).

Retrouvez l'intégralité du Baromètre Image des banques 2016

Ils l'ont dit

Danièle NOUY - Interview dans « Eurofi Newsletter » le 6 septembre
09/06/2016
« … Seules les banques rentables peuvent mettre de côté suffisamment de capital pour les mauvais moments, et seules les banques rentables peuvent attirer les investisseurs. Donc, il y a un lien étroit entre la stabilité d'une banque et sa rentabilité. »

FBF dans les médias

Les Echos - « Les taux bas engendrent des effets pervers à long terme »

16/9/2016

Philippe Brassac, nouveau président de la FBF, a répondu aux questions des Echos sur les priorités de sa présidence 2016-2017 : Bâle IV, politique de taux de la BCE, bons résultats des banques françaises au stress test de l’EBA, Brexit et attractivité de la Place de Paris, impacts du digital…etc. Après avoir rappelé l’objectif principal des banques de continuer à financer efficacement l’économie, il a évoqué les risques que les travaux du Comité de Bâle faisaient sur ce financement. A propos de la situation économique et de la persistance des taux bas : « Nous demandons tout simplement plus de cohérence entre la politique monétaire et la politique prudentielle ». Enfin, sur l’intérêt des géants du digital pour la finance : « Si les Gafa se lançaient dans la banque, je leur dirais tout simplement : Bienvenue au Comité de Bâle ».


Revue Banque – « Banques et Fintech face à la réglementation »

1/9/2016

Jérôme Raguenes, responsable de la coordination numérique à la FBF, a appelé à une évolution de la réglementation afin de respecter un principe d’équité entre les nouveaux entrants issus de la Fintech et les acteurs bancaires. « Il n’est pas concevable de toujours renforcer la réglementation bancaire lorsque, simultanément, toutes les pistes sont creusées pour alléger les contraintes réglementaires de nouveaux acteurs. Il en va de la sécurité du système financier et du principe d’égalité de concurrence ». Cette problématique doit être abordée au travers des trois niveaux de contraintes réglementaires : la réglementation prudentielle qui porte sur le renforcement des fonds propres, la réglementation des activités et la disparition du monopole bancaire sur certaines activités et enfin la réglementation des relations avec les clients.


Le Figaro – « Les banques françaises renforcent leur solidité »

4/8/2016

Dans un entretien donné après la publication des résultats de stress test des banques, Frédéric Oudéa, président de la FBF (jusqu’au 1er septembre 2016), a souligné la solidité des banques françaises démontrée avec les résultats des stress tests de l’EBA. Il est revenu sur l’environnement économique et les taux bas qui créent une situation particulière qui aura un coût pour le système financier. Dans un contexte de Brexit, il a salué la mobilisation et le nouvel état d’esprit vis-à-vis de la compétitivité de la Place de Paris. Enfin il s’est également félicité de la prise de conscience des ministres de l’Ecofin quant aux exigences supplémentaires de capital suggérées par Bâle 4 et a rappelé qu’ « un mauvais calibrage peut remettre en cause des systèmes de financement, certes spécifiques à l’Europe, mais qui fonctionnent. ».


Calendrier

Octobre
6 au 8

Rencontre annuelle « Institute of International Finance » à Washington (participation FBF)

Octobre
6

Point presse FBF à l’occasion de la signature partenariat WikiPME, en présence de Marie-Anne Barbat-Layani et Hervé Novelli

Octobre
6

G20 : Rencontre des ministres des Finances et des gouverneurs des banques centrales (Washington)

Octobre
10/11

Eurogroup/ Ecofin

Octobre
17/18

Planète PME (FBF partenaire associé)

Octobre
20

BBA Annual International Banking Conference, Londres

Tweet du mois

Chiffre du mois

73% des Français voient les banques comme des acteurs clés du #financement de l'#économie
@FBFFrance

68% des français ont une bonne opinion des banques